« POÈME À MON FRÈRE BLANC » DE LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR

SenghorLéopold Sédar Senghor

Le poète francophone africain Léopold Sédar Senghor est né dans un village du Sénégal  (ex-colonie française) en 1906 dans une famille catholique aisée.  Pendant son enfance, il vit au contact de la nature et des traditions tribales de son village, avant de s’installer à Dakar puis à Paris pour compléter ses études.  On dit que Senghor a une culture double: d’un côté la culture qu’il a reçue de part ses origines et d’autre côté la culture qu’il a acquise en apprenant le latin, le français etc… En France, où il devient enseignant, il noue des relations amicales avec des étudiants d’origine africaine et antillaise et élabore le concept de « Négritude »  qui désigne l’ensemble des caractéristiques et valeurs culturelles des  peuples de race noire, revendiquées comme leur étant propres, ainsi que l’appartenance à cette race. Ce sont les années où Senghor commence à composer des poèmes en français sur l’Afrique, ses traditions, ses valeurs. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, il est prisonnier de guerre en Allemagne et, après la Libération, il entreprend la carrière politique. Élu député du Sénégal, il devient président de la République en 1960 lorsque le Sénégal obtient son indépendance, charge qu’il occupe jusqu’en 1979. En 1983, il est élu à l’Académie française (une institution de France dont la fonction est de normaliser et de perfectionner la langue française). Il meurt en 2001 à l’âge de quatre-vingt-quinze ans. Respecté et admiré dans son pays comme en Europe, Senghor s’affirme en tant qu’homme du dialogue, favorable à un rapprochement étroit et constructif avec la France.

Voilà un de ses poèmes les plus connus « Poème à mon frère blanc« . Dans ce poème, le poète nous fait réfléchir sur le thème du racisme. Sans être polémique, il renverse le modèle du monde moderne, où l’homme blanc est au centre de tout et l’homme noir est qualifié de « homme de couleur », en sens péjoratif.

    Poème à mon frère blanc blancnoir

Cher frère blanc,
Quand je suis né, j’étais noir,
Quand j’ai grandi, j’étais noir,
Quand je suis au soleil, je suis noir,
Quand je suis malade, je suis noir,
Quand je mourrai, je serai noir.

Tandis que toi, homme blanc,
Quand tu es né, tu étais rose,
Quand tu as grandi, tu étais blanc,
Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
Quand tu as froid, tu es bleu,
Quand tu as peur, tu es vert,
Quand tu es malade, tu es jaune,
Quand tu mourras, tu seras gris.

Alors, de nous deux,
Qui est l’homme de couleur ?

 Voici le poème récité par des élèves français: