LES LIEUX DE LA VILLE

Cliquez sur l’image et vous trouverez beaucoup d’activités à faire sur les lieux de la ville. / Cliccate sull’immagine e troverete molte attività da fare sui luoghi della città.

ville

Publicités

PIERRE DE COUBERTIN ET LES JEUX OLYMPIQUES

PC
Pierre de Coubertin était un aristocrate. Il est né en 1863 à Paris et il est décédé en 1937, à 74 ans, à Genève. C’était un historien et un pédagogue.

A 24 ans, il a voulu améliorer le système éducatif français. Le sport était déjà très important pour lui. Il a commencé la promotion du sport à l’école, il a écrit des livres et des articles. Il a organisé des conférences et il a crée des comités sportifs.

En 1889, pendant l’exposition universelle de Paris, il a organisé des compétitions sportives.

Il a fait la promotion de l’athlétisme et il a voulu créer une grande compétition internationale pour opposer les meilleurs athlètes du monde. L’époque antique était à la mode ; on a fait des recherches archéologiques à Olympie, par exemple. Alors, Pierre de Coubertin a eu l’idée de rouvrir les Jeux Olympiques.

En 1896, les premiers Jeux Olympiques rénovés se sont passés à Athènes et on a décidé de les jouer tous les 4 ans.

L’idéal sportif proposé par Pierre de Coubertin ne s’identifie pas seulement avec la victoire. Il est fondé sur des principes moraux d’une haute valeur tels que:
– la pratique désintéressée du sport;
– l’acceptation du sort favorable ou contraire;
– la participation des nations, des races et des classes sociales les plus variées.

Une curiosité: le baron de Coubertin n’a jamais dit « l’important c’est de participer », comme tout le monde le croit! Mais il est vrai qu’en 1908, en reprenant une phrase d’un homme d’église il dit: « L’important dans la vie ce n’est point le triomphe, mais le combat, l’essentiel ce n’est pas d’avoir vaincu mais de s’être battu« .

La devise des Jeux Olympiques est « Plus vite, plus haut, plus fort », mais elle n’est pas de Coubertin, il l’a adoptée du père dominicain Didon.

Source: le blog de Freanchteacher

LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Le monde avant la Seconde Guerre mondiale

Seconde Guerre mondiale_les grandes dates

La guerre éclair

Après l’armistice, demandée aux Allemands par le maréchal Pétain, le 22 juin 1940, la France est divisée en deux zones: au nord-est la France occupée, au sud la France libre.

La France occupée

Au début de l’Occupation, quelques Français, appelés « résistants », refusent d’accepter la défaite et s’unissent pour lutter contre les Allemands.

La Résistance

Débarquement

Source: monquotidien.fr

LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

Première guerre mondiale_les grandes dates

Les grandes dates de la Première guerre mondiale

Attentat sarajevoLa guerre débute par une puissante attaque allemande dans le nord-est de la France.

Première guerre mondiale_une guerre de mouvementAu bout de quelques mois, les armées n’avancent plus : la guerre se transforme en une longue guerre de position.

Première guerre mondiale_guerre de positionLa vie dans les tranchées est très pénible, lors de la 1ère guerre mondiale. Les soldats ont froid et faim.

La vie quotidienne dans les tranchées

En 1916, les Français, sous la conduite du général Pétain, refusent la défaite contre les allemands : Verdun devient le symbole de la résistance française.

VerdunL’année 1917 est le véritable tournant de la guerre.

1917

Le 11 novembre 1918, l’armistice a été signé dans un wagon par les Français et les Allemands, dans la forêt de Compiègne (Oise).

Armistice

Le traité de Versailles est le traité de paix, entre l’Allemagne et les Alliés, qui sera signé à l’issue de la 1ère guerre mondiale.

Traité de VersaillesSource: http://www.monquotidien.fr

9 MAI: JOURNÉE DE L’EUROPE

union europeenne
L’Union européenne est l’association économique et politique de 28 États appartenant au continent européen : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, Chypre, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, la Lituanie, la Lettonie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie et la Suède.

Les grandes étapes de sa construction

Pendant les siècles, l’Europe a été le théâtre de guerres fréquentes et meurtrières. Après la Seconde guerre mondiale, naît l’idée que pour garantir une paix durable entre les pays il faut les réunir sur le plan politique et économique.
Dans son discours du 9 mai 1950, le ministre français des Affaires étrangères Robert SchumanRS
propose d’intégrer les industries du charbon et de l’acier de l’Europe occidentale. La « Déclaration de Schuman » est considérée comme la première étape de la construction européenne. De ce projet naît, l’année suivante, la Communauté européenne du Charbon et de l’acier (CECA) composée de six membres: la Répuplique Fédérale d’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas.
Quelques années plus tard ces six pays décident de faire un pas supplémentaire, en intégrant d’autres secteurs de leur économie. En 1957, ils signent le traité de Rome, qui institue la Communauté européenne de l’énergie atomique (Euratom) et la Communauté économique européenne (CEE), dont les États membres s’engagent à abolir les frontières commerciales qui les séparent et à former un « marché commun ». Le Royaume-Uni, l’Irlande et le Danemark (1973), puis la Grèce (1981), le Portugal et l’Espagne (1986) se joignent à la CEE. En 1986, l’Acte unique européen prévoit que les personnes et les capitaux circuleront librement dès 1993 dans un marché unique sans frontières.
En 1992, la CEE devient l’Union européenne par le traité de Maastricht, qui prévoit aussi une monnaie unique.
Le 1er janvier 2001 l’euro a remplacé les monnaies nationales de douze pays de l’Union.

Le rôle

Les pays membres, qui réunissent leurs forces économiques et construisent un espace de paix, élaborent ensemble des politiques communes: aide au développement technologique, soutien à l’agriculture, aide aux pays et aux régions économiquement en retard, développement des échanges commerciaux… Leur action est fondée sur les principes de la liberté, de la démocratie, du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

Les symboles

L’Union européenne est identifiée par des symboles : un drapeau, un hymne, une devise, une monnaie unique (l’euro) et une fête, le 9 mai.

Un drapeau

UE

12 étoiles or sur fond bleu forment un cercle en signe d’union. Le nombre de 12 est symbolique : invariable, il n’indique pas le nombre de pays membres mais symbolise la perfection et la plénitude.

Un hymne

Beethoven« L’Ode à la Joie« , prélude du 4ème mouvement de la IXème symphonie de Ludwig van Beethoven. Dès 1972, le Conseil de l’Europe choisit ce thème musical comme hymne. C’est en 1985 que les dirigeants européens décident d’en faire l’hymne officiel de l’UE. Sans paroles, il doit transmettre les idéaux de liberté, de paix et de solidarité que souhaite diffuser l’Europe.

Une fête

fete-de-l-europeLa « Journée de l’Europe » est célébrée le 9 mai, en souvenir de la déclaration de Schuman de 1950, véritable point de départ de la construction européenne.

Une monnaie unique

euro
L’euro
. Ratifié en 1992, le traité de Maastricht propose la mise en place d’une monnaie  unique dans l’UE. Les pièces et les billets sont introduits au 1er janvier 2002 dans les pays remplissant les conditions.

Une devise

journee-de-l-europe« Unie dans la diversité« . Elle apparait officiellement pour la première fois en 2004, dans le traité établissant une Constitution pour l’Europe. Cette devise illustre la volonté de l’UE pour faire en sorte que les différentes cultures, traditions et langues des Européens soient un atout pour le continent.

La diversité présente au sein de l’Union européenne est une réalité. A titre d’exemple, le nombre de langues officielles de l’UE est aujourd’hui de 24. Depuis le 1er mai 2004, 21 langues étaient officiellement reconnues : le tchèque ; le danois ; l’allemand ; l’estonien ; le grec ; l’anglais ; l’espagnol ; le français ; l’italien ; le letton ; le lituanien ; le hongrois ; le maltais ; le néerlandais ; le polonais ; le portugais ; le slovaque ; le slovène ; le finnois ; et le suédois.

Le roumain et le bulgare se sont ajoutés en 2007, lors de l’adhésion de deux nouveaux Etats.

A la suite d’un accord intervenu au sein du Comité de Représentants permanents des Etats membres de l’UE (Coreper), le 13 juin 2005, l’UE comptait au 1er janvier 2007 une 23ème langue officielle : il s’agit de l' »irlandais » ou « langue gaélique » d’Irlande. Avec l’entrée de la Croatie dans l’Union européenne le 1er juillet 2013, une 24ème langue s’est ajoutée : le croate.

Source: http://www.info-europe.fr