LA FRANCE S’ENGAGE POUR LE CLIMAT

affiche cop21

La France va accueillir et présider la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 (COP21/CMP11), aussi appelée « Paris 2015 », du 30 novembre au 11 décembre 2015.

C’est une échéance cruciale, puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C. La France va donc jouer un rôle de premier ordre sur le plan international, pour rapprocher les points de vue et faciliter la recherche d’un consensus au sein des Nations unies et aussi au sein de l’Union européenne, qui occupe une place importante dans les négociations sur le climat.

Source: http://www.cop21.gouv.fr/fr

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo.
Vidéo cop 21

Transcription de la vidéo.

La France accueille la Conférence des Nations Unies sur le climat du 30 novembre au 11 décembre.
De quoi s’agit-il? Quels sont les enjeux? Et si les États ne parviennent pas à un accord à Paris, quels sont les risques pour la planète? 10 chiffres pour comprendre.

21. La COP21, c’est la vingt-et-unième conférence mondiale sur le climat. Le terme de COP signifie “conférence des parties” (“Conference of the parties”, en anglais), c’est-à-dire des signataires de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Ce texte, signé au sommet de la Terre à Rio en 1992 est le principal traité international destiné à lutter contre le réchauffement climatique.
196. Lors de la COP21, les 196 parties à la convention se réunissent, soit 195 pays plus l’Union Européenne. Ils devront s’entendre sur un accord contraignant et universel pour limiter les émissions des gaz à effet de serre. Ce nouvel accord doit remplacer dès 2020 le Protocole de Kyoto. En vigueur depuis 2005, cet accord ne concernait que les pays développés et aujourd’hui les émissions mondiales des gaz à effet de serre n’ont jamais été si élevées.
+2° C Les États se sont engagés à limiter le réchauffement mondial à 2° par rapport à l’ère pré-industrielle, à savoir le XIXe siècle. Cette decision a été prise lors de la conférence de Copenhague en 2009. Ce seuil de 2°, considéré comme dangereux par les scientifiques est d’ores et déjà en passe d’être franchi. Au-delà de cette limite, les rendements agricoles, donc la sécurité alimentaire pourraient être compromis. Les évènements climatiques extrêmes se multiplieront, la hausse du niveau de la mer menacera une partie du littoral. Aujourd’hui, nous en sommes déjà à une hausse des températures mondiales de 0,85° C. Sans aucune politique climatique, il faudrait s’attendre à un réchauffement climatique de 4,6 ° C à la fin du siècle.
100 milliards de dollars. Ce sont les fonds publics et privés que les pays riches ont pris l’engagement de mobiliser chaque année d’ici à 2020 pour permettre aux pays en développement de s’adapter au réchauffement. Cette promesse avait été faite lors de la Conférence de Copenhague en 2009. Aujourd’hui, cette question du financement reste l’une des clés pour conclure un accord à Paris.
400 ppm C’est la concentration atmosphérique moyenne de dioxyde de carbone, le principal gaz à effet de serre émis par l’homme. PPM signifie « parties par millions ». Cela veut dire que sur un million de molécules de l’atmosphère terrestre 400 sont des molécules de CO2. Cela peut paraître peu mais cette concentration était d’environ 270 PPM au XIXe siècle.
30% C’est la biodiversité qui pourrait être perdue d’ici à la fin du siècle si le rythme actuel des émissions de gaz à effet de serre se poursuit. Autrement dit, le réchauffement climatique priverait un tiers des espèces vivantes d’un environnement adapté à leur survie. Les espèces terrestres les plus mobiles ont déjà déplacé leur aire de vie de plusieurs centaines de kilomètres vers le nord.
7,8 C’est le PH, autrement dit le niveau d’acidité que pourrait atteindre l’océan en 2100 si l’on n’arrive pas à réduire nos emissions de dioxyde de carbone. Aujourd’hui, à 8,1, le PH des océans est déjà 30% plus acide qu’ à l’ère pré-industrielle. En se dissolvant partiellement dans les océans, le CO2 les rend plus acides et de très nombreux organismes marins sont sensibles à l’acidité. La rapidité de l’acidifcation en cours est inédite et nul ne sait comment les éco-systèmes marins vont s’y adapter.
1 mètre C’est l’élévation attendue du niveau moyen des océans à l’horizon 2100 si le réchauffement se poursuit au rythme actuel. Alimentée par la fonte des glaciers, comme au Groénland et en Antarctique et par la dilatation thermique des océans le niveau marin a déjà grimpé de 20 cm depuis la période pré-industrielle.
400 millions C’est le nombre de personnes qui vivent aujourd’hui à moins d’un mètre au-dessus du niveau des mers. Leur habitat aura donc disparu sous les eaux si le rythme actuel du réchauffement se poursuit. La menace est forte. Plus de la moitié des vingt plus grandes villes de la planète sont portuaires, principalement en Asie mais aussi en Amérique du Nord.
40% C’est la réduction minimum de l’émission des gaz à effet de serre qu’il faut atteindre d’ici à 2050 pour avoir une chance de demeurer sous le seuil critique des 2° C de réchauffement.
L’objectif de la Communauté Internationale est d’arriver d’ici à la fin du siècle à une économie mondiale neutre en carbone c’est-à-dire qui émet autant de carbone qu’elle en absorbe.

Publicités