« LIBERTÉ  » DE PAUL ÉLUARD

PEPaul Éluard (1895/1952) est un poète engagé.

Il a participé aux mouvements créateurs artistiques tels que le Dadaïsme et le Surréalisme avec ses amis Breton, Dalí, Picasso, et Man Ray.

Pendant la Seconde Guerre mondiale il milite dans la Résistance. Le recueil « Poésie et vérité » (1942) s’ouvre sur cet hymne à la liberté qui comporte aussi les intonations d’un hymne à l’amour. Paul Éluard avait en effet écrit ce poème pour sa femme Nusch mais il avait ensuite remplacé son nom par ce qui comptait le plus pour lui: la liberté. Il a écrit ce poème contre l’occupation nazie en France. Le poème est parachuté (avec les caisses de munitions) par les avions anglais à des milliers d’exemplaires sur le territoire de la France occupée et  devient le cri de ralliement de tous ceux qui restent fidèles à la France libre.

Dès 1944, Francis Poulenc l’a mis en musique.

Liberté

Sur mes cahiers d’écolier                          Léger
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois                                                   Composition de Fernand Léger
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffées d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attendries
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

LIBERTÉ

Analyse du poème

Il s’agit d’un poème  long, mélodieux et répétitif pour  marquer les esprits.

Il a la forme d’une litanie monotone  qui fait attendre et éclater à la fin  le mot liberté, comme une révélation. Toutes les 21  strophes ont la même composition: trois vers qui commencent par « sur » et le refrain « J’écris ton nom ». La dernière strophe a une force particulière, elle est totalement différentes des autres, le rythme est cassé: elle commence par le «et» comme une attaque, cela marque une rupture. Le mot Liberté est mis en valeur, car il est à la fin, seul.

Le poète énumère les lieux, réels ou imaginaires, sur lesquels il écrit le mot liberté.

Il y a une progressivité entre les strophes: enfance (de strophe 1 à 4), jeunesse et
adolescence, âge adulte. Cela marque l’ omniprésence de la liberté tout au long de la vie du poète.

Vidéo:

Écoutez le poème récité par Paul Éluard lui-même
Le poème mis en musique par les Enfoirés…
… et  par le chanteur argentin Jairo: écoutez!

Écriture créative

Écris toi-même deux strophes sur le modèle du poème de Paul Éluard en utilisant un vocabulaire concret et abstrait. Invente aussi la dernière strophe à la manière du poète.

Publicités